Au cœur du bocage, le projet d’aménagement des jardins imaginé par le paysagiste Gilles Clément pour le site de Noirlac débutera fin 2018. Il redessinera les liens entre l’ordre architectural du monument et le désordre naturel des parcelles du bocage pour magnifier le site et inviter à la rêverie.


Intervenir en 
un lieu tel que l’abbaye de Noirlac, c’est se mettre en rapport avec l’histoire, l’économie spatiale et domestique d ’une communauté de moines, le paysage et sa conformation, le relief, la rivière, les liaisons avec la ville, l’intelligence du site. C’est aussi se trouver face à la force de l’art mise au service du « vivre et penser » dans un constant appel à la spiritualité. La puissance de l’architecture, le rapport de la lumière à l’ombre, la simplicité des espaces de transition, la proportion généreuse des enclos, le  positionnement de cet ensemble dans l’espace placent le visiteur devant un équilibre heureux où l’objet central, l’abbaye magnifiée par la clarté de ses pierres, se lie sans heurt à tous les horizons.

Noirlac est un tout, du sommet de la colline aux rives du Cher. Dans ces conditions, faire un jardin relève du défi.
Tout est déjà là, il ne peut s’agir que d’un ajout modeste, un accompagnement. Le projet établi s’applique au respect de l’état des choses en invoquant parfois la mémoire disparue d’un usage de l’espace.
Le nouvel accès depuis le parking vers la Basse-cour constitue un changement fonctionnel et spatial important. Il contribue à la création d’une perspective tendue entre la colline et le bocage. Cette même perspective croise l’axe Bruère-Virlay destiné à la promenade.

A l’intérieur de l’enceinte de l’abbaye, l’Avant-cour, le Jardin des roses changeantes, sont des aménagements destinés à la fois à renforcer la cohérence des compositions spatiales et à produire une animation, un agrément, un lieu possible de station pour les visiteurs. Enfin, au cœur de l’abbaye le Jardin du cloître renvoie à l’usage ancestral et toujours en vigueur des plantes médicinales et condimentaires. Mais leur dispositif dans l’espace clos, selon un tremblement des bordures ainsi que le choix des couleurs dominées par le bleu se rapportent à un reflet du ciel.

Gilles Clément

Découvrez le projet de jardin de Gilles Clément grâce au Journal « Le Jardin poétique » réalisé par les classes de CM1/CM2 des écoles d’Uzay-Le-Venon, Meillant, les 4ème SEGPA du Collège Jean Moulin (St-Amand-Montrond) et l’atelier d’écriture de la Fabrique Poïein (L’Etelon)